Les poursuites judiciaires et la FECQ

Depuis longtemps les rumeurs courts comme quoi la FECQ menace les associations étudiantes si ces dernières ne respectent pas les règles de la fédération. Il peut paraitre absurde qu’une association étudiante nationale qui souhaite conserver ces membres les menaces de poursuites. En effet, si l’association locale demeure membre, on peut se questionner quant au lien que cette dernière aura avec son association nationale. Cela dit, depuis des années, la FECQ menace souvent des associations étudiantes de faire de telle poursuite. Ce ne serait pas étonnant, considérant que cette situation c’est produit à la fin des années 90 au cégep de Sherbrooke. Alors attention, à la FECQ, la légalité prime sur la légitimité !

Voici les documents relatif à cette mise en demeure :

page 1

page 2

La FAECUM et l’impôt post-universitaire

On entend malheureusement de plus en plus parler de l’impôt post-universitaire (IPU) dans les différentes associations étudiantes au Québec. D’un côté il y a plusieurs militantes et militants même au sein des fédérations étudiantes qui sont très critique de ce genre de mesure, peut d’information, mais surtout personne ne semble vouloir revendiquer réellement l’IPU.

Bref, il y a un an, la FAECUM a présenté une recherche à ces instances. Voici la recherche de la FAECUM qui aborde dans la section 4.3 la question de l’IPU. Cette recherche prône notamment le gel des frais de scolarité et certaine suggestion pour savoir où avoir plus d’argent pour financer le gel.

Abolition des crédits d’impôt + IPU et pourquoi pas l’indexation = ça commence à faire un bon deal !

L’économie du savoir à en vomir

Comme notre société à horreur du vide, stopfecqfeuq propose de combler vos instincts de voyeur. Ce soir vous aurez droit à la recherche argumentaire de la FEUQ sur la hausse des frais de scolarité. Pour les amateurs de la théorie du mal-financement et de la dénonciation de l’économie du savoir, nous voulons vous avertir qu’il est possible d’avoir des nausées suite à la lecture de cette recherche.

La FAECUM prend part au débat sur les crédits d’impôts

Il faut croire que les fédérations étudiantes ne veulent pas nous donner congé. Maintenant, nous venons de mettre la main sur le document produit par la FAECUM sur la question de l’abolition des crédits d’impôts. Cela s’ajoute à la recherche produite par la FECQ et celle produite par la FEUQ. Bref, avec toute ces recherches, les fédérations ne peuvent plus minimiser l’importance de cette solution pour pallier au dégel.

La négociation des crédits d’impôt dans les grands médias

Aujourd’hui les grands médias se sont saisis de la nouvelle concernant la potentielle entente à rabais que les fédérations étudiantes allaient négocier. En effet, les recherches diffusées sur ce site au courant de la fin de semaine sur les crédits d’impôts ont été repris dans les grands médias. Donc voici les articles en question, en espérant que cette situation continue d’être discuter et que tous les projets allant dans le sens de négocier le gel à rabais soit ouvertement dénoncé.

La recherche de la FEUQ sur les crédits d’impôts

Donc voilà la fameuse recherche sur les crédits d’impôts commandée par la FEUQ. C’est donc la recherche complète sur laquelle la FECQ s’est basée pour produire son résumé. Notons que cette recherche à été produite par Pier-André Bouchard St-Amand, le président de la FEUQ pendant la grève générale de 2005 qui a négocié l’entente à rabais au détriment du mouvement de grève.

Sinon juste mentionner qu’il a eu près de 2000 visites sur le site en fin de semaine.

Échéancier et facteur de réussite, tout savoir sur le plan d’action de la FECQ

Comme la FECQ semble avoir de la difficulté à être transparente, continuons de l’être à sa place. Le document suivant est en fait un échéancier et un évaluation des actions entreprises par la fédération. Dans ce document on remarque entre autre l’importance accordé pour entretenir des bons liens avec le Parti Québécois qui est même qualifié d’allié. Notons que la position du PQ est le gel des frais de scolarité jusqu’à la tenue d’états généraux sur l’éducation. À partir de ce moment, il se donne la latitude de faire ce qu’il veut. Notons aussi que Mme Marois s’était dite favorable au dégel des frais de scolarité quand elle a pris la tête du PQ. Cela s’ajoute à la petite sortie de cette semaine ou les fédérations ont prises la parole avec Mme Malavoy à l’assemblée nationale qui ne fait que montrer les liens entre les fédérations étudiantes et le PQ.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.