La FECQ veut négocier le dégel

Premièrement je voulais féliciter mes collègues de Force étudiante critique qui m’ont devancé de quelques heures pour rendre public le document. 🙂 Maintenant, je vous présente moi aussi la recherche produite par le président de la FECQ pour leur dernier congrès de novembre 2011. Ce qui faut comprendre de cette recherche, c’est qu’il s’agit d’un résumé d’une autre recherche produit par Pier-André Bouchard St-Amand, président de la FEUQ durant la grève de 2005, qui a produit une recherche similaire pour la FEUQ à l’hiver dernier. Ce qui est scandaleux dans cette recherche, ce n’est pas de s’informer sur comment fonctionne les crédits d’impôt, mais bien de suggéré que leurs abolitions puissent participer à maintenir le gel des frais de scolarité. Sur ce, bonne lecture !

Publicités

Stop FECQ FEUQ revient en force

À l’aube de la prochaine lutte étudiante à venir pour s’opposer à la hausse des frais de scolarité, il nous apparaît important de reprendre du service pour dénoncer les actions des fédérations étudiantes qui nuisent à la construction d’un réel mouvement étudiant indépendant, démocratique et combatif. Donc si vous avez des informations, des vidéos ou autres, bien vouloir écrire à stopfecqfeuq@gmail.com , il nous fera un plaisir de diffuser l’information.

Que la lutte continue !

La clique à Palato

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) se retrouve dans l’eau chaude. Suite au billet contenant un vidéo sur le blogue assez connu de La clique du Plateau, une exécutante élue de la FECQ (Sonia Palato) s’est fait accusée d’avoir volé un chandail provenant du Foot Locker lors des évènements ayant suivit la victoire du Canadien contre les Pengouins de Pittsburg. En entrevue à TVA, le président sortant de la FECQ, Xavier Lefebvre-Boucher, affirme qu’on ne peut pas statuer sur ses bonnes ou mauvaises intentions. Toutefois, sur le vidéo de la « scène du crime », on voit clairement Mme Palato regarder l’étiquette. On se demande si elle cherche la bonne grandeur dans le tas de chandails à ses pieds? On se demande également si elle laisse tomber le chandail non pas à cause d’intentions vertueuses, mais à cause de la caméra soudainement pointée sur elle.

Autres détails intéressants: celui qui est à côté d’elle avec un chandail dans les mains et un coton-ouaté est Simon Turbide, exécutant récemment élu sur l’exécutif de la FECQ pour l’année 2010-2011. L’autre avec des lunettes à sa gauche, Alex Goyer, est de son côté un ancien exécutant de la FECQ et militant actif au sein du Parti Québécois (PQ).

La nouvelle fait énormément jasée dans les réseaux sociaux, notamment sur Twitter et la blogosphère. Parions que ce gros coup de pub nuira fortement à la future carrière politique de la dame, tout en amenant encore une fois des questionnements sur l’intégrité des représentants de la FECQ…